Vous êtes ici : Accueil > Productions & techniques > Elevage > Ovins - Caprins

Ovins - Caprins

Les flux rss du siteImprimer la page

Filière ovin lait et AOP Roquefort

Soixante-neuf communes de l’Hérault sont couvertes par le territoire de l’AOP Roquefort.

L’AOP concerne 28 producteurs dans le département de l’Hérault. Le lait utilisé doit provenir de troupeaux laitiers composés de brebis appartenant à la race Lacaune.

Dans le département 31 éleveurs de brebis laitières détiennent plus de 13 000 brebis, produisent plus de 31 000 hl de lait qui sont transformés essentiellement par l’industrie fromagère, en différents types de produits, dans le cadre de la filière « Roquefort ». Seulement 4OO hl sont valorisés en fromages fermiers.

Filière caprin lait et AOP Pélardon

L'élevage caprin a connu d'importantes mutations ces dernières décennies. Les exploitations se sont spécialisées et fortement professionnalisées concernant la production de fromage notamment en lien avec la dynamique de l'AOC fromagère « Pélardon ».

L’AOP protège la zone traditionnelle du Pélardon; seuls les producteurs situés dans l’aire géographique peuvent produire du Pélardon. Elle s’étend sur les départements de l’Hérault (montagne noire, garrigues), du Gard (Cévennes et garrigues), de la Lozère (Cévennes) et de l’Aude (corbières audoises) et comprend près de 500 communes (dont 164 de l’Hérault).

Le département compte une quarantaine d’élevages caprin laitier, la filière AOP Pélardon concerne une dizaine de producteurs en 2017 ainsi qu’une entreprise artisanale, la SCOP « Les fromagers du Salagou ». Celle-ci produit, outre d’autres fromages, des Pélardons à partir du lait de 3 producteurs « laitiers ».

La production départementale s’effectue à partir de 2 500 chèvres laitières, produisant plus de 14 000 hl de lait essentiellement valorisés en fromages fermiers et 2 500 hl sont livrés à des fromageries.

Filière Ovin viande

Avec 100 éleveurs qui détiennent 16 000 brebis viandes, l’élevage ovin viande est présent sur une grande partie du territoire départemental mais représente une grande diversité de situations.

Diversité altitudinale et climatique, l’élevage s’étale sur une grande amplitude d’altitude et de situations climatiques entrainant notamment des milieux divers à la ressource pastorale diversifiée qui segmente les élevages en sédentaires ou transhumants.

Diversité de conduite, l’élevage ovin viande est extensif, mais recouvre des différences de conduite notamment face au gardiennage, avec du gardiennage quasi-total sur les zones de garrigues où la précarité foncière est prégnante, et des territoires aménagés de façon plus ou moins complète nécessitant ou pas un complément de garde, notamment sur les causses et les autres zones de montagne. Malgré ces différences l’agnelage se déroule sur deux périodes, une fin d’été début d’automne, et une fin d’hiver. Cette conduite permet une productivité numérique entre 1 et 1,4 agneaux par brebis et par an. Grand utilisateur de territoire les élevages sont relativement autonomes notamment grâce au pastoralisme.

Diversité dans les effectifs. L’essentiel du cheptel se situe dans la tranche 200 à 350 brebis, sachant que le seuil de viabilité en élevage dit classique se situe autour de 350 Brebis pour 1,5 UMO. Cependant, depuis une dizaine années, aidés par la PAC, se développent de petits troupeaux de 50 à 100 brebis essentiellement orientés vers les circuits cours et à faible niveau d’investissement.

Diversité dans les produits et la commercialisation, en fonction de la ressource pastorale et des systèmes, la production en est très différente. Le département produit à la fois des agneaux légers, maigres, des agneaux finis légers, des agneaux lourds de bergerie ou broutards dont certains sont labellisés. Les produits sont essentiellement valorisés via les organisations de producteurs mais également pour près d’un tiers en vente directe. Sur les 140 tonnes découpées à l’atelier de Pézenas, environ 45 sont issues de la viande ovine.

Ainsi, les élevages ovin viande jouissent d’une image pastorale et extensive non négligeable, ils sont grands utilisateurs de territoire, leur viabilité et leur pérennité tient essentiellement à leur autonomie. Par leur pastoralisme, ils sont pourvoyeurs de la biodiversité.